Concepteur & Réparateur
La passion de l’Accordéon

Les Accordéons MAUGEIN

À la fin du 19ième siècle, François Dedenis crée à Brive le premier atelier de réparation puis de fabrication d’accordéons. En 1906, à l’occasion de la fête patronale, il offre un instrument au vainqueur du concours d’accordéon de la fête patronale de Brive … un certain Jean Maugein, accordeur de piano de son état, qu’il embauche quelques temps au sortir de la première guerre mondiale.

Visionnaire au caractère bien trempé, ce dernier comprend très vite la technicité de l’instrument et le potentiel que peut représenter le marché de l’accordéon. Avec ses frères Antoine et Robert, ils fondent leur entreprise à Tulle, en 1919.
La société connaît alors un développement considérable puisque deux usines se succéderont à des fins d’agrandissement : 600 m2 en 1924 et 3000 m2 en 1937. C’est à partir de cette date que l’outil industriel devient unique en son genre, par son extension, par la modernisation de la production et par la conception de nouvelles machines visant l’excellence en matière de précision. Plus de 200 ouvriers apportent leurs connaissances et tels des compagnons, ils sont fiers de signer de leur nom les différentes interventions ou pièces qu’ils réalisent. Ce savoir-faire unique favorise le développement de la Manufacture, il est fondateur de sa réputation mondiale et la place parmi les premiers fabricants.
L’entreprise sait aussi répondre à la nouveauté lorsque La France découvre la musique américaine et le jazz. En 1949, Gus Viseur, célèbre accordéoniste belge de jazz, demande à Jean Maugein de créer spécialement pour lui un nouvel « accord, américain », « le Paris Swing », qui deviendra par la suite « l’accord Viseur » et fera son succès, notamment au Hot Club de France. Les frères Maugein décèdent respectivement en 1964, 1972 et 1977. En 1978 le fils de Georges, qui avait pris la succession, disparaît à son tour. En 1981, la famille fait appel à René Lachèze, petit neveu de Robert Maugein, pour prendre les rênes de l’entreprise. Il dirigera l’entreprise jusqu’à son départ en retraite en 2013.  Marie-Christine Dubart et Richard Brandao, les nouveaux dirigeants ainsi que le personnel de la nouvelle structure, ouvrent un nouveau chapitre de l’histoire de Maugein. Le regain d’intérêt manifeste pour l’accordéon leur montre le chemin et les encourage à poursuivre l’œuvre des fondateurs.

...



captcha